Blog Post

Juger l’autre est plus facile que d’oser parler de mes besoins

Une planque presque parfaite

Avant de découvrir la Communication NonViolente et les besoins, je jugeais souvent les autres et leur façon de faire, sans bien sûr leur en faire part car je suis « gentille » (voir la conférence de Thomas d’Ansembourg sur le sujet – lien).

jugements
Par là c’est bien, par là c’est mal

Cela présentait les avantages suivants :

  • C’était très facile et automatique (besoins de fluidité et de légèreté),
  • C’était un exutoire très confortable qui m’évitait d’aller parler à l’autre (besoin de prendre soin de l’autre et de la relation), et de me frotter au dialogue,
  • J’évitais de regarder ce qui se passait en moi puisque c’était la faute de l’autre (besoin de protection),
  • Je lâchais mes jugements à une tierce personne pour me défouler (besoin d’expression, d’empathie et de lien).

Les apports de la communication NonViolente

Cependant, je voyais bien qu’émettre ces jugements, au mieux ne changeait rien à la situation, et au pire la détériorait (oui, les autres sentent en général quand on les juge).

Depuis que j’ai découvert la Communication NonViolente, je juge toujours les autres car c’est un automatisme bien ancré. Oui, je les juge toujours mais EN CONSCIENCE ! Conscience que ce n’est pas ce qu’ai fait l’autre qui est responsable de ce que je ressens, mais bien le fait que mes propres besoins ne sont pas nourris. Et ça, croyez-moi, qu’est-ce que c’est DUR à reconnaître !

En effet, la Communication NonViolente nous invite à prendre la responsabilité de nos sentiments en lien avec nos besoins nourris ou non nourris (voir la description du processus – lien).

Ainsi, une phrase telle que « Tu es une fille géniale ! » est un jugement, positif certes, mais un jugement. Notez l’emploi de « tu » qui qualifie l’autre personne. En CNV, on pourrait la traduire de la manière suivante : « Lorsqu’on a passé ce moment ensemble, c’était très joyeux (sentiment) pour moi car j’apprécie de passer du temps avec toi et de rire avec toi (besoins). » Notez l’emploi du « je » qui s’approprie la responsabilité de ses sentiments et besoins.

Évaluez votre pharmacienne !

C’est comme ça qu’un jour, visiblement enceinte (gros ventre, vêtements de grossesse, main derrière le dos et tout), j’achète en pharmacie un médicament, rentre chez moi et le prend. C’est alors que mon conjoint me dit : « Euh, est-ce que tu as vu que sur ton médicament il y a marqué en gros et en rouge « ce médicament + grossesse = danger » ? »

expression de sentiments
QUOI ?!?

Furieuse, stressée, j’appelle la pharmacienne qui m’a vendu le médicament. Elle me dit que la prise de ce médicament est à priori sans risque pour ma grossesse, qu’elle n’a pas vu que j’étais enceinte et que c’était à moi de le préciser lors de l’achat du médicament ! Je raccroche, très énervée. A ce moment-là, je suis en colère car je me dis que c’est à elle, la professionnelle, de conseiller et d’avertir sa clientèle sur les risques des médicaments qu’elle vend. Je vais alors sur Google mettre un avis catastrophique à la pharmacie (AVEC DES MAJUSCULES DANS LE TEXTE !) avec une note d’1 étoile sur 5, et toc ! Bien fait pour elle, nananère !

Quels sont mes besoins ?

Avant de connaître la Communication NonViolente, j’en serais probablement restée là. Mais vu que j’ai claqué plein de sous dans des formations j’ai l’intention de clarifier ce qui se passe en moi, j’écoute mes jugements, mes sentiments et mon corps , et voici ce qu’il en ressort :

  • Je tremble, j’ai envie de pleurer et je ressasse mentalement notre conversation téléphonique pendant toute la matinée,
  • OK, quelles sont les pensées que je ressasse ? De quels besoins chez moi ça parle ?
  • Que puis-je faire pour nourrir ces besoins ? La mauvaise note sur Google va-t-elle dans ce sens ?

Je sens tout d’abord en moi une grande peur, qui est à la mesure de mon amour pour ce bébé et de mon besoin de protection. Ensuite, je vois que je ne suis pas à l’aise avec le fait que cette pharmacie vende sans ordonnance un médicament avec un tel pictogramme dessus sans poser la question à la cliente si elle est enceinte. Il y a ici pour moi danger pour les potentielles clientes futures, et je vois que j’ai envie de les protéger à leur tour et de m’assurer que cette situation ne se reproduise pas (besoin de protection).

besoin de protection
Besoin de protection

Parlez de vos besoins à votre pharmacienne avec la Communication NonViolente !

Je rappelle alors la pharmacienne et nous avons une nouvelle discussion plus posée, lors de laquelle je lui partage à quel point j’ai eu peur, je lui parle de mes besoins, et écoute les siens. Elle me confie alors que la situation est en discussion dans l’équipe afin que celle-ci ne se reproduise pas. Je raccroche, ayant pu exprimer pleinement ce qui était important pour moi et rassurée sur le fait que mon expérience servira pour les prochaines clientes. A la fin de la discussion, je supprime mon commentaire sur Google.

Ainsi, en ayant pris la responsabilité de mes sentiments et besoins, ma réaction en second temps a été bien plus constructive qu’en jugeant l’autre et j’en suis sortie apaisée.

Allez, je peux vous avouer maintenant que je n’ai pas été tout à fait honnête avec vous : je juge moins les autres depuis que j’ai découvert la CNV. Et je me juge également moins moi-même. Je me dis que la plupart du temps, nous faisons tous du mieux que nous pouvons avec nos moyens du moment.

2 Comments

  • Eliane

    Salut,
    C’est bien que tu aies pu crever l’abcès avec la pharmacienne. C’est pas facile à faire mais en tout cas c’était dangereux ce qu’elle a fait.
    Dire à quelqu’un qu’il a fait une erreur ce n’est pas le juger.
    J’espère que tu vas bien. Prends soin de toi.

  • Coucou Eliane,
    Disons que si je vais la voir en lui disant « vous avez fait une erreur », je juge ce qu’elle a fait comme mal, mauvais. C’est possible de le lui dire, mais j’obtiendrais probablement une réaction de rejet de la faute sur moi (ce qui s’est passé en premier lieu), ou de repentance, et elle n’entendra pas ce qui est important pour moi (j’ai eu peur, je ne souhaite pas que cela se reproduise pour moi ou quelqu’un d’autre).
    et je vais bien heureusement 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Posts

Abonnez-vous !

Pour être informé(e) de la publication de mes prochains articles, et faire partie de l'élite de "Ma vie en CNV", abonnez-vous ici !

les applications de la communication nonviolente sont infinies

Félicitations ! Vous faites maintenant partie de l'élite !

Oups il y a eu un pépin... Pouvez-vous essayer à nouveau ?

Ma vie en CNV will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.