Blog Post

Ce que la CNV m’apporte dans la relation avec mon enfant (2/2)

Rappel

Dans le premier post (1/2), j’aborde d’abord ma découverte de l’éducation bienveillante, puis ce que m’apporte la CNV dans la relation avec mon enfant, et enfin comment je la vis concrètement.

Dans ce second post (2/2), j’explore en premier lieu ce que (j’espère que) la CNV apporte à mon enfant, et en second lieu quelles sont mes limites à l’heure actuelle avec la CNV. En fin d’article, je donne quelques supports vidéos et livres qui m’inspirent, pour les parents et les enfants.

Qu’est-ce que la CNV apporte à mon enfant ?

Étant donné que j’ai (parfois) l’espace pour les accueillir, mon fils peut exprimer en toute liberté ses pensées, ses sentiments et ses besoins. Il sait qu’il peut me dire librement alors que je suis enceinte : « Maman, je ne veux pas d’un autre bébé. », et que je saurais écouter ses craintes et accueillir ses besoins.

Accueil
Accueil et réconfort

J’espère que cela lui apporte de la confiance en lui, en tout cas je vois l’aisance qu’il a avec les autres, qu’ils soient enfants ou adultes.

En lui montrant que je suis heureuse, que j’assume mes sentiments, j’espère lui offrir la vision d’un adulte épanoui, heureux et conscient de ses sentiments et de ses besoins et qui est à l’aise pour les exprimer (hmmm, tout à fait moi ça…).

Aujourd’hui, mon fils de 3 ans ne sait pas ce veulent dire les mots « fessée », « claque », « punition » ou « récompense ». En revanche, il sait s’assoir à côté de son père et de sa mère et dire « Qu’est-ce que je suis bien ici, avec vous ! ». Et ça, nous en sommes super fiers ! Je suis très reconnaissante à la vie d’avoir rencontré la CNV alors qu’il était encore bébé, ainsi peut-il pleinement en profiter, et ce dès sa petite enfance.

Expression d'un besoin nourri
« Qu’est-ce que je suis bien ici, avec toi ! »

Quelles sont les limites de la CNV avec mon enfant ?

Donner de l’empathie alors que l’enfant vit une « tempête émotionnelle »

A 3 ans, il est bien difficile pour mon enfant de savoir de quoi il a besoin et de l’exprimer clairement. Ainsi, il m’arrive parfois de me mettre en empathie avec lui alors que ce n’est pas adapté à son besoin du moment.

Par exemple, lorsqu’il rentrait de chez la nounou le soir énervé, j’essayais de me mettre en empathie avec lui et je voyais alors qu’il ne se calmait pas, et que c’était un puits sans fond.

J’ai compris un peu plus tard que, parfois dans ces moments-là, il avait en fait juste un trop plein de stress qu’il avait besoin d’évacuer (Isabelle Filliozat parle de « tempête émotionnelle »). Par moments, il est tout simplement fatigué, stressé et/ou affamé, sans qu’il ne sache l’exprimer. Dans ces moments-là, l’empathie montre rapidement ses limites.

Adapter son niveau de langage

Mon fils est certes un demi-dieu de 3 ans, mais bon, je prends quand même soin d’adapter mes mots et mon niveau de langage au sien, ainsi que la longueur de mes phrases. Pour m’assurer de sa bonne compréhension, je pourrais lui demander de reformuler ce qu’il a compris avec ses mots… mais bon, je ne le fais pas beaucoup je l’avoue.

Communication parent enfant
Comment aider son enfant à exprimer ses sentiments ?

Pour l’aider à exprimer ses émotions et ses besoins, je dispose de cartes illustrées qu’il m’arrive de sortir comme si c’était un jeu. Sur ce point, vous pouvez aller voir section « Pour aller plus loin – côté enfants » en fin d’article.

Lui faire des suggestions hasardeuses

Je vois aussi que parfois, en cherchant à comprendre son besoin (oui, oui, j’en suis encore un peu là, voir mon post sur l’empathie – lien), j’ai parfois tendance à (légèrement) extrapoler.

Par exemple, il s’est un jour battu avec son copain d’école pour une place sur un banc. J’étais alors nouvellement enceinte de mon deuxième, et moi et sa nounou le sentions nerveux depuis l’annonce de ma grossesse. En essayant de comprendre ce qui se passait pour lui par rapport à sa place sur le banc, je lui ai demandé s’il avait peur que le bébé prenne sa place dans la famille. Il m’a répondu que oui, semblait touché par la question et nous en avons parlé à plusieurs reprises.

Aujourd’hui, j’ai toujours un doute sur le fait que j’ai pu lui suggérer cela.

Une éducation en constante évolution

Aujourd’hui, j’ai beaucoup de gratitude envers la CNV pour ce qu’elle m’apporte personnellement, et pour l’impact positif qu’elle a dans ma relation avec mon fils.

Aussi, en tant que maman normale, j’essaie de progresser tout le temps, de m’informer et de m’adapter au mieux aux besoins de mon fils et de toute la famille. Et vous, « parents CNV », en quoi voyez-vous l’apport de la CNV pour vos enfants ? Quelles en sont les limites selon vous ?

Pour aller plus loin – côté parents

Je rajoute cette section pour donner quelques ressources vidéos et livres qui me parlent, en lien ou non avec la CNV.

Voici d’abord une vidéo de Catherine Schmider parlant de CNV et d’éducation, ainsi que de l’association qu’elle a fondée afin de permettre aux éducateurs de vivre la CNV avec les enfants, Déclic CNV et Éducation (lien) :

Ensuite, un peu plus long, la vidéo d’une conférence de Marshall Rosenberg, créateur de la CNV, qui s’intitule « éduquer sans récompense ni punition » :

Et pour la suite, comme je l’aime d’amour avec des cœurs, voici une vidéo de la conférence d’Isabelle Filliozat, intitulée « Au cœur des émotions de l’enfant »  (tirée du livre du même nom que je recommande). La qualité de la vidéo est médiocre mais vous pouvez l’écouter en audio.

Voici enfin la vidéo d’une maman très spirituelle (lien), que j’adore car elle me fait beaucoup rire, sur la frustration des enfants (c’est fréquent à ce qu’il paraît):

Pour aller plus loin – côté enfants

Voici d’abord des livres qui abordent les grands thèmes de la CNV pour les enfants : Éditions Esserci . Pour les enfants à partir de 2 ou 3 ans, aller voir la section « Besoins et stratégie », avec les personnages Louise et Clément qui sont des surdoués de la CNV.

Editions esserci
Livres des éditions Esserci :
Dans ce livre les personnages se comprennent réciproquement dans leurs besoins d’attention et de compréhension (balaises les petiots !).

Voici ensuite des cartes des sentiments dont je parlais plus haut (lien) : ATTENTION ! Ces cartes sont à trier : de nombreuses « émotions » dans ce jeu ne sont pas des émotions au sens de la CNV. Il en est de même pour les cartes des besoins correspondantes.

Voici pour finir des cartes des besoins, créées par Sophie Grosjean, formatrice CNV certifiée en Belgique, à partir de photos de tableaux en laine cardée (lien).

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Posts

Abonnez-vous !

Pour être informé(e) de la publication de mes prochains articles, et faire partie de l'élite de "Ma vie en CNV", abonnez-vous ici !

les applications de la communication nonviolente sont infinies

Félicitations ! Vous faites maintenant partie de l'élite !

Oups il y a eu un pépin... Pouvez-vous essayer à nouveau ?

Ma vie en CNV will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.