Blog Post

Coronavirus, confinement et CNV

Coronavirus, confinement et CNV

Contexte d’épidémie de coronavirus

Voilà maintenant plusieurs semaines que l’épidémie de coronavirus a touché l’Europe et que nous sommes impactés par l’épidémie. J’espère que pendant cette période vous et vos proches gardez la santé et que vous trouvez les ressources nécessaires pour traverser cette période très particulière.

Pendant cette période de confinement, je n’ai pas vraiment le temps ni l’envie d’écrire un nouveau post de blog. Ainsi, j’écris en fonction de mon élan des petits post sur Facebook (mon profil : Nathalie CNV, ma page : Ma Vie en CNV). Voici ci-dessous mes deux premiers posts. Je complèterais cet article au fur et à mesure.

Pensée N°1 : Observation

CNV observation
Observer le paysage quotidien avec le confinement

Aujourd’hui, j’ai observé autour de moi.

Aujourd’hui, j’ai vu un ciel bleu, sans avion, sans traces d’avion. Je n’ai pas vu non plus de parapente décoller de la montagne en face de chez moi.

Aujourd’hui, j’ai vu la route vidée de ses voitures. J’ai vu la route utilisée par des vélos, des coureurs, des marcheurs.

Aujourd’hui, j’ai tendu l’oreille et entendu le silence, le chant des oiseaux et les cris des enfants à la place du vrombissement des voitures et de l’autoroute.

Aujourd’hui, j’ai senti l’odeur des jonquilles. J’ai senti l’odeur du savon à l’huile d’olive sur mes mains.

Aujourd’hui, j’ai senti la douceur du savon sur la peau de mes mains et la sensation de mains propres.

Aujourd’hui, j’ai croisé quelques regards souriants, de loin, des passants.

Alors oui, je suis frustrée de rester enfermée à la maison, de ne pas passer du temps avec mes amis et ma famille, oui je suis inquiète pour eux parfois, et aussi pour le travail de millions de personnes et leur revenus.

Et en même temps, je m’émerveille de voir un ciel si pur, d’entendre les sons de la vie, de sentir l’odeur des fleurs et du savon. Je n’en reviens pas de voir les rues si calmes. Je contemple et goûte le monde tel qu’il est, dans l’instant présent.

Pensée N°2 : Sentiment

sentiment
Besoin de lâcher prise

Parfois, je me sens inquiète. Souvent même, le soir surtout.

Je me sens inquiète pour ma grand-mère qui, parce qu’elle sort une fois par semaine de sa maison de retraite pour recevoir sa chimio-thérapie à l’hôpital, est confinée seule dans sa chambre sans autre visite que l’équipe de soignants.

Je me sens inquiète pour cette amie qui vit dans un pays étranger, dont le gouvernement n’a pas pris encore les mesures de confinement nécessaires, et dont la santé est fragile.

Je me sens inquiète pour tous mes proches un peu fragiles, un peu isolés, les deux parfois.

Alors je me connecte à mon corps, à mes sensations physiques. La gorge nouée, le front plissé, le souffle court : j’accueille ce qui est là, sans chercher à le chasser. Et ça s’apaise doucement.

Je prends conscience du besoin si précieux que cette inquiétude me montre : prendre soin d’autrui. Alors je prends soin avec mes moyens : je leur téléphone, leur écrit, leur envoi des photos et des dessins.

Mais l’inquiétude revient, le soir surtout. Je crois qu’elle me parle aussi d’un besoin de partage et d’empathie, de quelque chose qui me permettra d’être en paix avec ce qui est. C’est ça, lâcher prise ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Posts

Abonnez-vous !

Pour être informé(e) de la publication de mes prochains articles, et faire partie de l'élite de "Ma vie en CNV", abonnez-vous ici !

les applications de la communication nonviolente sont infinies

Félicitations ! Vous faites maintenant partie de l'élite !

Oups il y a eu un pépin... Pouvez-vous essayer à nouveau ?

Ma vie en CNV will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.