Blog Post

La Communication NonViolente (CNV) : Un avant et un après…

L’avant

Avant de connaître la Communication NonViolente (CNV), ma vie était simple. Elle était certes (très) brumeuse, mais simple.

Je séparais d’un côté les gens « sympas », ceux qui me souriaient, m’estimaient, et avec qui je me sentais à l’aise, et de l’autre, les gens « pas sympas », ceux que je ne comprenais pas, qui m’étaient parfois agréables et d’autres non et qui ne me prêtaient pas d’attention particulière, pensais-je alors. Oh bien sûr, j’avais parfois envie de les atteindre, mais la peur d’être rejetée et jugée était bien trop forte.

Parfois, certaines personnes pouvaient passer du clan des « sympas » à celui des « pas sympas » au détour d’une remarque désagréable, d’une dispute, ou d’une déception.

Cette façon de fonctionner avait vraiment ses avantages : elle me permettait d’éviter de me poser des questions sur ce que je ressentais et de rejeter la faute sur l’autre.

Ma prof d’allemand me tape sur le système ? (oui j’ai eu beaucoup de difficultés avec mes profs d’allemand, pas parce que j’exécrais cette matière, non : c’étaient ELLES !) Qu’est-ce qu’elle est irritante !

Une dispute avec mon copain ? Il est vraiment insupportable, c’est vraiment de sa faute si on se dispute ainsi !

colère
Il l’a bien cherché !

Un certain malaise

En réalité, cette façon de fonctionner ne collait pas avec le vivant autour de moi. J’étais souvent mal à l’aise avec les autres. Je voyais bien que parfois, je pouvais me sentir blessée par des personnes « sympas », et que j’étais parfois frustrée de ne pas être amie avec les « pas sympas ». Finalement, je m’isolais dans un monde fait de bien et de mal qui ne correspondait pas au monde réel.

En plus de cela, j’avais du mal notamment à être contredite, car je confondais « être d’accord avec quelqu’un » et « aimer quelqu’un ». Cela me coupait souvent des autres.

La découverte de la Communication NonViolente (CNV) en formation

En arrivant à ma première formation en module 1, j’avais tout compris de la CNV. J’avais lu des livres, vu des conférences, vu quantité de vidéos. C’était le module 1, qui permet entre autres de clarifier et exprimer ce qui se passe en soi (sentiments et besoins). J’arrive donc très à l’aise sur un exercice en groupe de 3 que l’on appelle « piste de danse » où je parle d’une de ces disputes avec mon copain (où bien sûr, il avait tort et j’avais raison) : « Quand tu me dis ça, je me sens énervée car j’ai besoin de respect et d’autonomie ! » Et paf, voilà, processus intégré, emballé c’est pesé, en 2 minutes.

Je vois les deux autres personnes de mon petit groupe me regarder, dubitatives, et qui me demandent de recommencer plus lentement. (OK les pauvres, elles n’ont pas très bien compris ce qu’est la Communication NonViolente, je vais leur remontrer doucement pour qu’elles comprennent mieux). Je refais la même donc. Je les vois qui appellent la formatrice. Un peu irritée, je refais la même devant la formatrice pour qu’elle leur explique que J’AI RAISON BORDEL !

Et là, je vois la formatrice qui me demande une nouvelle fois de recommencer, avec elle cette fois. « Quand tu me dis ça, je me sens énervée… » La formatrice m’arrête et me demande de prendre le temps de me remettre dans la situation, et de sentir dans mon corps ce que je ressentais vraiment à ce moment là. Elle pose la main sur moi, elle est calme, bienveillante, présente. Je prends le temps de me remémorer la situation, les émotions que j’ai ressenties. Et là, je m’effondre en pleurs, sans comprendre ce qui m’arrive. J’arrive à dire entre deux sanglots « Je me sens triste… ».

La formatrice m’invite à explorer mon besoin. Submergée par l’émotion, je n’arrive pas à le trouver. Elle me suggère : « Est-ce que tu as besoin de lien avec ton copain ? » Et là, je m’effondre en pleurs. De nouveau, elle a vu juste.

Besoin de lien

La prise de conscience

Je sors de cette expérience et de ce premier stage bouleversée. Je comprends que pendant toutes ces années, j’étais coupée de mes émotions et de moi-même. Qu’en séparant les gens en catégories, je me protégeais d’une façon relativement inefficace, mais que surtout je me coupais du lien que j’aurais pu créer avec eux. Vouloir avoir raison était un moyen de me rassurer sur ma valeur et me coupais d’une relation riche avec les autres.

Aujourd’hui, j’ai progressé. Je ne classe plus les gens en catégories, et il m’arrive même de ne pas vouloir avoir raison à tout prix. Bien sûr, le premier réflexe quand quelqu’un fait quelque chose qui ne me convient pas est de le classer en « pas sympa » (bon j’avoue, les mots que j’utilise sont légèrement plus épicés en réalité !).

Puis, en clarifiant mes besoins, en transformant certaines croyances limitantes, en dialoguant, petit à petit, j’arrive à recréer le lien et le résultat est souvent savoureux ! Mais cela fera l’objet de prochains posts !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Posts

Abonnez-vous !

Pour être informé(e) de la publication de mes prochains articles, et faire partie de l'élite de "Ma vie en CNV", abonnez-vous ici !

les applications de la communication nonviolente sont infinies

Félicitations ! Vous faites maintenant partie de l'élite !

Oups il y a eu un pépin... Pouvez-vous essayer à nouveau ?

Ma vie en CNV will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.